Spectacle “Silence on frappe”

Intention de mise en scène

La pièce de Jean Naguel commence à la fin du confinement, au moment où l’on peut se retrouver, échanger à nouveau et faire le bilan de ce qui a été vécu. Pourquoi un spectacle sur les violences conjugales ? On l’a dit, on l’a répété : en Europe occidentale, les femmes paient encore un très lourd tribut à la violence masculine. En France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon ou de son ex-conjoint ! Proposer un spectacle sur les violences conjugales, c’est donc proposer une parole qui interroge, interpelle et, nous l’espérons, mobilise. Car ce qui fait le lit de la violence conjugale, en effet, c’est le silence. Le silence des femmes battues est parfaitement compréhensible. Il n’est guère valorisant d’aller jusqu’au commissariat le plus proche pour déclarer : « mon mari (ou mon compagnon) me bat ». Mais il y a plus. Le silence ne naît pas uniquement de la honte, il naît aussi de la peur.

Un spectacle où l’humour est présent

A lire ces quelques lignes, on pourrait croire que « Silence, on frappe ! » est une tragédie dans laquelle tout est particulièrement lourd. Or il n’en est rien. La pièce de Jean Naguel, dans sa plus grande partie, est remplie d’humour et la tragédie – puisque c’est bien ainsi que cela se termine – n’intervient que très tard dans le déroulement du scénario.

  • 00

    jours

  • 00

    heures

  • 00

    minutes

  • 00

    secondes

Date

03 Nov 2020

Heure

20:00

Lieu

Salle Communale
Rue des Ecoles 7, 1920 Martigny
QR Code