Imprimer le contenu de cette pageTélécharger cette page en PDFRecommander cette adresse à un ami
>> Vous êtes ici - Accueil - Histoire-églises - Origines chrétiennes

Origine chrétienne de Martigny

La première inscription chrétienne en Valais date de 377 après J.-C.
Pour Martigny, en 381, St Théodule signe les actes du Concile d'Aquilée en tant qu'évêque d'Octodure, ancien nom de la ville. La restauration de l'église en 1990 a mis-à-jour des vestiges d'un grand intérêt.

Histoire

La foi en Jésus Christ s'est étendue peu à peu dans l'Empire Romain, suivant les voies de communication.

La plus ancienne mention de la présence chrétienne en Valais apparaît dans la Passion des martyrs d'Agaune composée au V°s.: Vers la fin du III°s., l'empereur Maximien, venant d'Italie, aurait passé le Gd-St-Bernard. La légion thébaine qui l'accompagnait, composée de soldats chrétiens, aurait refusé, à St-Maurice, de prendre part à la persécution chrétienne.

Sans doute, dès le début du IV°s., il y eut des chrétiens à Martigny. Ils forment une communauté organisée dès l'an 350 environ et saint Théodore ou Théodule, premier évêque d'Octodure, y construit la première église. Le transfert du siège épiscopal à Sion se situe entre 549 et 585.

La rénovation de l'église de Martigny (1990-1993) à permis de constater qu'elle fut bâtie sur les vestiges de plusieurs églises. On y a retrouvé une cuve baptismale datant du IV s. réutilisant partiellement certains murs d’un édifice romain.

Le message de l'Evangile s'est transmis fidèlement jusqu'à nous.

La paroisse de Martigny

C’est une grande paroisse qui comprend les trois communes de Martigny, Martigny-Combe et Charrat. Autrefois, il n’y avait que l’église paroissiale. Puis on a construit des chapelles : par exemple celle de Saint-Michel (actuelle crypte, au sommet du Bourg), celle de Vison à Charrat. Peu à peu, il y a eu également une célébration dominicale dans ces chapelles. Mais il fallut attendre le XXème siècle, pour que des communautés se forment à l’intérieur de la grande paroisse ; on les a appelés « rectorats »: Ravoire, Charrat, Le Bourg, La Combe. La Combe n’avait pas de lieu de culte pour rassembler toute la communauté. En 1955, une chapelle provisoire est installée dans un baraquement de chantier, entre la Dranse et la rue principale de la Croix, en vue de préparer la communauté à la construction d’une église. Ce projet grandissait en même temps que celui de l’église de Charrat et de celle du Bourg. Trois églises furent réalisées en 7 ans : Charrat 1963, Bourg 1968, Croix 1970.

 

 
powered by /boomerang
Plan du site